L’Engagement des jeunes et le Sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires

Discours de Sophie Healy-Thow, originaire d’Irlande

Bonjour à tous ! Merci aux organisateurs de donner la parole à des jeunes comme moi et de me permettre de parler en leur nom. Nous apprécions ce geste à sa juste valeur.

Ce que nous mangeons fait ce que nous sommes.

Nous, les jeunes de l’ère numérique, sommes peut-être plus branchés et connectés que les générations précédentes, mais nous sommes également confrontés à tant de nouveaux défis : chômage, décrochage scolaire, COVID-19, anxiété liée au changement climatique, problèmes de santé mentale, etc. Nous sommes aussi de plus en plus confrontés aux multiples conséquences de la malnutrition : sous-alimentation, surpoids et obésité.

Nous savons pourtant que nous pouvons prendre nos propres décisions et que nous avons de plus en plus d’influence, notamment dans les pays à revenu faible ou intermédiaire où nous représentons un bon pourcentage de la population. Savez-vous que les jeunes de 15 à 24 ans représentent 18 % de la population mondiale, soit 1,1 milliard de personnes ? Et plus de la moitié de la population mondiale a moins de 30 ans.

Ces dernières années, avec Greta Thunberg et d’autres activistes, le monde a vu naître un puissant mouvement de la jeunesse qui mobilise l’opinion publique sur l’urgence d’agir maintenant pour sauver notre belle planète. Avec d’autres jeunes leaders, elle a ouvert la voie et nous a redonné de l’espoir. Puisque « YES WE CAN », nous pouvons et devons être des agents du changement.

C’est dans ce contexte que j’ai rejoint 14 autres jeunes leaders du monde entier, pour travailler en étroite collaboration avec l’Alliance mondiale pour l’amélioration de la nutrition (GAIN), la Food Foundation et d’autres organisations partageant les mêmes valeurs, afin de présenter notre Engagement lors du tout premier Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui aura lieu en septembre 2021.

Nous sommes conscients que ce que nous mangeons joue sur notre santé et notre bien-être, ainsi que sur notre vie personnelle. Notre alimentation affecte notre capacité à apprendre ou à travailler. Elle conditionne notre développement, nos relations, notre capacité à gagner de l’argent, voire notre bonheur.

Mais ce que nous mangeons a également un impact sur l’environnement, de par l’énergie, la terre, le sol, l’eau et les autres éléments utilisés pour produire des aliments et pour les acheminer de leur origine jusqu’à notre assiette – ou notre poubelle. Hélas, les systèmes alimentaires tels qu’ils sont contribuent largement aux émissions de gaz à effet de serre. Ils détournent l’usage traditionnel des terres et de l’eau. Ils sont à l’origine de la pollution et de la disparition de la faune et de la flore. Pourtant, il est possible de les améliorer afin d’éviter ces effets néfastes.

C’est précisément ce qui nous a incités à lancer un mouvement mondial de la jeunesse du nom de « Youth #Act4Food #Act4Change » (la jeunesse agit pour l’alimentation et le changement). C’est une campagne mondiale visant à recueillir un million de signatures avant le Sommet de l’ONU. Et nous ne nous arrêterons pas là. Nous voulons une décennie d’action pour transformer nos systèmes alimentaires, grâce à des actions concrètes soutenues par tous les responsables de notre société et, bien sûr, par toutes et tous, à commencer par nous-mêmes. Le temps presse. Nous ne pouvons plus fermer les yeux, et nous ne renoncerons pas tant que le changement n’aura pas eu lieu.

En résumé, signer l’engagement d’Act4Food, c’est promettre d’agir concrètement pour vaincre la faim, améliorer la santé de toutes et tous et sauver la planète. Les jeunes que nous sommes devons porter nos efforts sur nos actions personnelles afin de contribuer à la transformation du système et, par la même occasion, responsabiliser nos gouvernements et nos entreprises et exiger d’eux qu’ils agissent avec audace et vite.

Les actions d’#Act4Change nous permettront, à nous les jeunes, de faire bouger les lignes au niveau national et communautaire. Celles et ceux qui signent l’Engagement organiseront des formations et des échanges fructueux sur l’importance d’une alimentation saine et durable et sur la préservation des animaux, de la biodiversité et de notre planète. Ces activités seront relayées sur une plateforme numérique (et sur les réseaux de médias sociaux) afin de les soutenir, de les promouvoir, et de diffuser les messages les plus représentatifs de la campagne.

La plateforme devrait être opérationnelle à la mi-avril et disponible dans les six langues des Nations Unies, voire dans d’autres langues.

Ainsi, suivons l’exemple de l’une des membres de notre équipe, Dipty Chowdhury, qui a réussir à changer la situation au Bangladesh. Avec l’aide de milliers de jeunes champions d’une campagne que Dipty et ses pairs avaient initiée (intitulée Eat Well, Live Well), ils ont réussi à convaincre le gouvernement du Bangladesh de lancer un plan d’action national pour améliorer la nutrition des adolescents.

Nous voulons des millions de Dipty partout dans le monde !

Nous sommes fiers et heureux de travailler à la réussite d’un élan aussi ambitieux. Nous croyons fermement que nous obtiendrons un million de signatures cette année et 100 millions d’ici à 2030. Ces engagements, bien qu’ils puissent sembler modestes individuellement, lancent un signal fort à l’intention des gouvernements et des entreprises afin qu’ils agissent et répondent à la demande croissante pour une alimentation saine, nutritive et durable.

Nous les jeunes agissons pour l’alimentation et le changement !
#Act4Food #Act4Change

Un grand merci.

Suivant